Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog "langue-bretonne.org"
19 décembre 2009

Manifester pour les langues de France à Paris ?

Tour_Montparnasse_648_webTous ceux que la question des langues régionales intéresse ont entendu parler de la dernière grande manif organisée par les Occitans à Carcassonne et de celle des Basques à Bayonne en octobre dernier (voir message du 27 octobre). Jean-Pierre Cavaillé fait actuellement observer sur son blog que ces manifestations sont passées inaperçues dans les grands médias nationaux, ce qui en a minimisé l'impact.
Il lance donc l'idée (que les organisateurs du rassemblement de Carcassonne n'auraient pas retenue pour l'instant) d'une nouvelle manifestation dont la particularité serait double :
1.    elle "associerait aux Occitans tous les locuteurs de langues minorées qui, comme nous, réclament des droits"
2.    elle devrait se dérouler à Paris.

Une Linguistic Pride
Jean-Pierre Cavaillé est convaincu que les relais parisiens des différentes langues de France sont assez nombreux pour qu'on puisse constituer à Paris une équipe pour l'organisation d'une telle manifestation. Il estime également qu'une manifestation parisienne peut avoir lieu sur une base très large de revendications communes : ratification de la Charte européenne, obtention d'une loi (dont l'adoption semble en ce moment écartée)… "Cette manifestation, festive, musicale, costumée serait, écrit-il, le moyen, à mon avis irremplaçable, de donner à voir et à entendre le plus largement possible la diversité linguistique et culturelle du pays : une sorte de Linguistic and Cultural Pride !"
Mais pourquoi donc aller manifester à Paris ? Jean-Pierre Cavaillé a plusieurs réponses à la question. Tout d'abord, Paris serait "le lieu idéal pour montrer en action cette conception de la diversité linguistique et culturelle plurielle et ouverte" : il propose donc d'associer aux locuteurs de langues territoriales (comme l'occitan, le basque, le breton…) ceux des langues d'outre-mer (nombreux en région parisienne) et ceux des langues de l'immigration. Car il est à ses yeux "inimaginable" de ne pas réunir sur un tel projet tous les groupes de citoyens ayant des revendications linguistiques.
Ensuite, une manifestation à Paris, à condition que ce soit une manifestation d'ampleur, "donnerait ipso facto à notre mouvement une visibilité nationale" et retiendrait plus facilement l'attention des médias nationaux autant que celle du monde politique et des pouvoirs publics. Ce n'est pas faux : en allant manifester en nombre à Paris, les défenseurs de l'enseignement privé ont obtenu ce qu'ils voulaient d'un gouvernement de gauche et ceux de l'enseignement public ont fait reculer un gouvernement de droite… Mais les défenseurs des langues de France sont-ils aussi bien organisés ?
Jean-Pierre Cavaillé complète son argumentaire par une autre proposition : "mobiliser" les chercheurs travaillant sur les langues minorées en France ou de par le monde pour des débats et des conférences, en un lieu qui est aussi, de fait, central pour la recherche.
Le débat est ouvert.
Le blog de Jean-Pierre Cavaillé : http://taban.canalblog.com/

Commentaires
J
Réponse à Job:<br /> "une image passéiste (voire communautariste)"<br /> <br /> Ce que les jacobins appellent "communautarisme", avec connotations péjoratives a été reconnu comme droit de l'homme dans la déclaration des droits des peuples indigènes soutenu par l'ONU. Vous vous placez dans quel camp? Celui des jacobins?
Répondre
J
Je trouve votre idée excellente, Reunan ! J'espère que vous saurez faire entendre cette proposition aux personnes/organismes concernés, et j'ai hate de lire la réponse de Jean-Pierre Cavaillé sur son blog, avec l'espoir que cette idée le séduira.<br /> <br /> Je note qu'il suggère de faire une manifestation costumée, ça ne me semble pas être une bonne idée. Il y a un risque que cela prenne une allure folklorique, et donne une image passéiste (voire communautariste) des langues "régionales" et minoritaires.
Répondre
R
E galleg peogwir n'eus brezhoneg erbet àr ar lec'hienn..<br /> <br /> L'idée semble séduisante mais ... "les langues régionales : combien de divisions ? " <br /> <br /> Est' on sur que les différentes associations de défense et de promotion des différentes langues régionales aient les moyens financiers, organisationnels, logistiques de faire "monter" à Paris suffisamment de personnes pour peser sur le débat ...<br /> <br /> J'en doute fortement et le risque que la manifestation ne se transforme en gentillette manifestation folklorique pour les médias dits "nationaux" me semble plus que réel si jamais elle devait avoir lieu ( une breizh touch sympathique ... sauce langues régionales avec quelques groupes folkloriques pour l'animation...) <br /> <br /> Pour l'enseignement catholique, les manifestants étaient assez nombreux à l'époque (autour du million. je crois mais j'étais un peu jeune à l'époque..) Cela aide néanmoins à peser...<br /> <br /> Par contre, la vraie question est bien la Visibilité Nationale (française) de la revendication des langues régionales. <br /> <br /> Mais la bonne réponse est 'elle simplement 'Montons à Paris" <br /> (il me semble que ce type de réponse soit un peu "mod kozh" ou dans le genre "déjà vu" ...) <br /> <br /> <br /> Alors ? <br /> <br /> Et si on allait prendre des références ailleurs en terme de contestation civile, action citoyenne à l'heure (passée) du Sommet de Copenhague ....et non rester aux modes d'actions sans doute quelque peu surannées de l'ex Conseil Culturel de Bretagne ( qui n'a pas vraiment su montrer d'intérêt à la dernière manifestation coordonnée des basques et des occitans, préparée depuis 2 ans, ...et sans doute plus préoccupé de son intégration dans le Conseil régional de Bretagne ). <br /> <br /> Il serait peut être intéressant de prendre exemple sur les actions d'un collectif comme "Sortir du Nucléaire". <br /> <br /> Non pour les idées mais pour la façon d'organiser une contestation...<br /> <br /> Car s'il est vrai que les manifestations occitanes et basques n'ont pas porté leurs fruits au niveau national, le réseau Sortir du Nucléaire ( fédération regroupant des centaines d'associations..) avait organisé le 17 mars 2007 une manifestation (contre l'EPR) dont il faudrait s'inspirer dans la façon de faire et la capacité à organiser un évènement décentralisé qui au moins sur le plan médiatique a porté ses fruits. .<br /> <br /> Le collectif avait ainsi monté une manifestation le même jour dans 5 grandes Villes ... sans PARIS mais à Rennes, Lille, Strasbourg, Lyon, et Toulouse.<br /> <br /> Au niveau médias, le résultat avait été plus que convaincant: télés, médias dits "nationaux" , pas un media dit national ne s'y était pas intéressé et même plus ( une simple recherche sur internet permet de le vérifier..) <br /> <br /> Mais une manif coordonnée "aux 4 coins de l'hexagone" le même jour, à la même heure dans 5 ou 6 villes pour réclamer la même chose "une loi pour nos langues régionales " ( le même slogan traduits dans toutes les langues de France ) aurait sans doute de quoi porter à l'heure où Mr Eric BESSON a adressé une fin de non recevoir à nos revendications .<br /> <br /> Il est sans doute grand temps que toutes les langues de France s'unissent et agissent enfin de concert mais sans doute en restant dans nos régions car c'est là que nous avons plus de force...<br /> <br /> C'est aussi en local que l'on peut peser sur les députés de nos régions à condition que les revendications prennent une dimension nationale (française), car sinon nos chers députés bretons, catalans, corses, provençaux, languedociens, catalans, alsaciens... monteront moins d'empressement sitôt revenus de leur week-end en régions dans cette belle assemblée nationale.<br /> <br /> Il est surtout grand temps que chaque région arrête d'organiser "sa" grande manifestation à tour de rôle sans se coordonner ( 2003 pour les bretons, 2007 pour les occitans, 2011 les basques ? ...) <br /> <br /> Alors à quand une grande manifestation DECENTRALISEE avec le même mot d'ordre (une loi pour nos langues régionales ) , avec une organisation medias commune, le même jour à Carcassonne (ou Béziers) , Perpignan, Rennes, Strasbourg, Ajaccio, Bayonne..<br /> <br /> Et aussi avec un petit côté pride , moderne, avec sound-systems, camions scène .. ( ça , pour pour les bretons) <br /> doc'h ar c'hiz koa , aergelc'h amzer a vremañ bevet get ar re yaouank <br /> <br /> Peadra da huñvreal .... ? <br /> <br /> Joa
Répondre
Le blog "langue-bretonne.org"
Le blog "langue-bretonne.org"

Votre blog est impressionnant autant sur le fond que sur la forme. Chapeau bas !
Un correspondant occitan, février 2020.

Trugarez deoc'h evit ho plog dedennus-kaer. [Merci pour votre blog fort intéressant].
Studier e Roazhon ha kelenner brezhoneg ivez. Miz gouere 2020. [Étudiant à Rennes et enseignant de breton. Juillet 2020].

Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 758 399
Derniers commentaires
Archives