Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog "langue-bretonne.org"
5 juillet 2009

Le jour du Seigneur en direct de Penmarc'h

brulu_23La messe du “Jour du Seigneur”, ce dimanche 5 juillet, était présentée sur les sites internet concernés comme étant célébrée dans “un lieu atypique”, “insolite”, “hors des sentiers battus”. J’en déduis que ce doit être un argument pour capter de l’audience.
L’atypique du jour était donc l’église de Penmarc’h, en pays bigouden, à l’occasion du pardon de Sainte Nonna. Je voulais voir comment était assurée  cette retransmission et ai donc pris la diffusion en cours. Belle image comme il se doit (quoique un peu répétitive, mais comment faire autrement ?), valorisant l’architecture et la statuaire de l’église. J’ai eu l’impression de quelques problèmes de son, puisqu’on n’entendait pas toujours l’assistance.
Quelques ados étaient placés au premier rang. Mais les fidèles comme les prêtres qui célébraient la messe m’ont paru plutôt âgés. Ce constat d’ordre sociologique n’est pas nouveau. Un groupe de chants s’était entraîné depuis plusieurs semaines pour interpréter les cantiques.
L’office, retransmis dans toute la France, était en français : on ne célèbre plus beaucoup de messes en breton en Bretagne, et le nombre de prêtres à même de le faire est désormais bien réduit. Mais aujourd’hui à Penmarc’h, le Sanctus a été chanté en breton. Au final, on a eu droit à l’inévitable “Da feiz on tadou koz” : un cantique célébrant “la foi de nos ancêtres”, un classique que tout le monde connaît et qui se chante aussi beaucoup lors des enterrements, presque un hymne national.
Procession de bannières à la sortie. On avait déjà entendu la bombarde accompagner l’orgue pendant l’office. Le bagad “Sonerien an aod” a assuré la sortie de messe en musique. Un jeune portant un plateau de fruits de mer mettait en valeur la pêche locale.
Je suppose que c’est tout cela qui était “insolite” aujourd’hui pour “Le jour du Seigneur”. Je suppose aussi que la messe dominicale à Penmarc’h ne ressemble pas à cela habituellement. Mais c’était le pardon de Sainte Nonna, et c’était retransmis en direct à la télé, sur France 2.
J’imagine que la cérémonie pourra être visionnée sur internet d’ici quelque temps, puisque celle de dimanche dernier l’est sur le site :

http://www.lejourduseigneur.com/

Commentaires
Y
Bonjour M. Broudic,<br /> J'ai d'abord cru à un lapsus, mais ce n'est pas le cas : vous écrivez "Sainte Nonna" à trois reprises. "Che! Ma!" se dit aussitôt le Penmarchais que je suis. Vous avez peut-être pensé à la mère de St Dewi? Notre Nonna est masculin (Sant Nonna, pas Santez Nonna). On le donne pour évêque d'Armagh (Irlande). Nonna est (était?) un prénom masculin emblématique de notre pointe, tout comme Clet l'était dans le Cap-Sizun. On prononce Noñn. Né dans les années 50 (donc avant le revival néo-celtique), j'avais deux condisciples portant ce prénom à l'école publique de St-Guénolé, tous deux fils de marins. L'un deux était surnommé par les garnements que nous étions "Nonn Koc'h (kaoc'h si vous préférez) Bonn" (Nonna Caca boudin); la proximité phonétique de Nonn et de bonn nous ravissait. Dans les années 70, les enfants de Kerity allaient acheter leurs bonbons chez Nonna (nom du patron d'un café-épicerie). L'îlot rocheux qui se trouve au large des phares de St-Pierre-Penmarc'h se nomme "Enez Nonna". Aujourd'hui la culture toc a gagné le Pays bigouden: les Enzo et Mathys (j'attends les Monéo et les Véolia ;-) )ont détrôné les Nonna...<br /> Je visite régulièrement votre blog, après avoir jadis suivi vos apparitions télévisuelles. Je dois dire que j'apprécie assez votre vision réaliste (dépourvue du fatras idéologique de bien des néo-bretonnants et s'en tenant aux faits et aux chiffres) de notre situation linguistique pas très rose. Kenavo ar wech all. Youenn
Répondre
Le blog "langue-bretonne.org"
Le blog "langue-bretonne.org"

Votre blog est impressionnant autant sur le fond que sur la forme. Chapeau bas !
Un correspondant occitan, février 2020.

Trugarez deoc'h evit ho plog dedennus-kaer. [Merci pour votre blog fort intéressant].
Studier e Roazhon ha kelenner brezhoneg ivez. Miz gouere 2020. [Étudiant à Rennes et enseignant de breton. Juillet 2020].

Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 758 399
Derniers commentaires
Archives