Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog "langue-bretonne.org"
10 août 2010

Alan Stivell, voix de la Bretagne

stivellJ’ai assisté au concert d’Alan Stivell, lundi soir, à l’occasion du 40e anniversaire du Festival interceltique de Lorient. Si lui n’y avait pas chanté à l'occasion d el'année de la Bretagne, qui donc l’aurait fait ? D’entrée de jeu, il a pronostiqué l’imminence d’une troisième vague celtique à venir après celles des années 70 et 90. Tout au long d’un concert engagé, il a interprété les titres de son dernier album Emerald (voir message des 10 et 19 octobre 2009) et des classiques de son répertoire. Il a d’ailleurs introduit son spectacle par une très douce mélodie en gaélique qu’il chantait déjà, dit-il, en 1972 ! Ce qui change, c’est que Stivell reprend aussi aujourd’hui des classiques comme "Luskell va bag" qui figuraient alors au programme de toutes les chorales bretonnes et qui par la suite avaient été considérées comme désuètes.
La tonalité du concert a été beaucoup plus électrique et plus percus. Comme il se doit, Alan a fait toute la soirée résonner sa harpe, placée au premier plan sur le devant de la scène, omniprésente comme le chanteur lui-même. Il a chanté, joué de la flûte, de la bombarde, de la cornemuse et j'en passe. Mais des morceaux comme "Goadec Rock" ont été donnés à un rythme et avec une puissance maximale (beaucoup plus sensible en salle que sur le CD). Cela a aussi été le cas lors des inévitables reprises des classiques qui ont fait le succès de Stivell, comme "Pardon Speied" dont l'interprétation n'est sûrement plus ce qu'elle était. Le fameux "Tri Martolod" incluait même un intermède inattendu en forme de rap.
Alan Stivell se veut une voix, sinon même la voix de la Bretagne. Lundi soir, il a plus que jamais brandi sa bretonnité. En choisissant de clore les rappels par une interprétation forte du "Bro goz ma zadou". En revendiquant que "la Bretagne ait bientôt les mêmes droits particuliers que les autres pays celtiques". En faisant une chanson du slogan "Heb brezoneg Breiz ebed" (il n'y a pas de Bretagne sans la langue bretonne). En mettant à son répertoire des chansons à texte comme "Tamm ha tamm" (Petit à petit) : "Bugaligou omp chomet…", dit-il (Nous sommes restés des enfants, dont les Français ont étouffé la volonté…), dont la thématique rappelle quelque peu certains essayistes du XXe siècle.
Pour cette soirée, Stivell et son groupe ont bénéficié de l'accompagnement du Bagad an Oriant ainsi que de celui de la chorale du Bout du Monde dirigée par le maestro Christian Desbordes. Le bagad de Lorient comme la chorale avaient assuré chacun une belle première partie. Mais il y a eu quelques problèmes lors de leur prestation pendant le final de Stivell : les chœurs n'étaient pas vraiment audibles.
Le public a applaudi à tout rompre à chaque morceau. Mais il n’a pas dansé, même quand le chanteur l’invitait à le faire. Les années 2010 vont-elles donc être différentes des années 70 ?
Les prochains concerts d'Alan Stivell : le 13 août à Noirmoutier, le 14 août à Guingamp pour la Saint-Loup, le 21 août à Nigran (Espagne) et le 28 août à Metz.

Commentaires
Le blog "langue-bretonne.org"
Le blog "langue-bretonne.org"

Votre blog est impressionnant autant sur le fond que sur la forme. Chapeau bas !
Un correspondant occitan, février 2020.

Trugarez deoc'h evit ho plog dedennus-kaer. [Merci pour votre blog fort intéressant].
Studier e Roazhon ha kelenner brezhoneg ivez. Miz gouere 2020. [Étudiant à Rennes et enseignant de breton. Juillet 2020].

Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 758 477
Derniers commentaires
Archives