Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog "langue-bretonne.org"
9 août 2009

Découvrir la Bretagne en été

bezin_goa_v_7Julie, 10 ans, est une de mes nièces. Elle vit à Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes. Comme elle venait en vacances dans la région d’origine de son père, elle a prévu de faire à la rentrée un exposé sur la Bretagne. Elle a donc posé des questions et pris des notes.
Elle a été très intéressée par le petit livre “100 mots en breton”. Sous une joile couverture et dans un format de poche très pratique, il propose d’apprendre chaque jour deux ou trois phrases simples de la conversation courante comme “Yehed mad”, “Trugarez”, “Brao an amzer”. La traduction est fournie en petits caractères en bas de chaque page, mais de manière à ce que ce soit le breton qui attire le regard.
J’ai aussi acheté pour elle le hors-série du “Pèlerin”, sur “les plus belles routes de Bretagne". Comme tous les étés, les hebdos et les revues trouvent le moyen de publier un supplément, un encart, voire un dossier spécial “Bretagne”. “Télérama” l’a fait en juillet, “Elle” le fait, “L’Express” aussi et d’autres encore. Tout cela est d’un intérêt variable.
Le hors-série du “Pèlerin” se présente comme un guide pratique et propose au touriste de découvrir des balades et des itinéraires forcément “inédits”. On peut donc naviguer d’îles en îles, découvrir les routes des peintres en Cornouaille ou celle des légendes entre Armor et Argoat. C’est assez bien fait, mais quelque peu réducteur. Pour le Finistère-Nord, le “Pèlerin” présente la route des phares, comme s’il n’y en avait pas aussi en Bretagne-sud. Pour la Loire-Atlantique, c’est “la route des plages”, comme s’il n’y en avait pas également de belles plages sur la côte nord : Monsieur le Maire de Perros-Guirec ne va pas être content du tout. La route de la préhistoire se limite au Morbihan et fait donc l’impasse sur l’un des cairns les plus impressionnants, celui de Barnénez. A se fier à une telle présentation, on peut passer à côté de beaucoup de choses.
Le style file aisément la métaphore : les paysages maritimes sont “âpres et sauvages”, les mégalithes “d’incroyables constructions”… “Le peuple breton a lancé vers le ciel la prière de centaines de cochers ajourés”… La Bretagne “dévide sa bobine de légendes”… Les clichés sont bien là : Ouessant “battue par les vents”, “les sortilèges des Monts d’Arrée”… N’en jetez plus. Heureusement que Michel Le Bris nous explique que “la Bretagne est toujours ailleurs”, et le concept n’est pas sans intérêt.
Le fait qu’on parle dans cette région une autre langue que le français n’est pas explicité. On peut juste le deviner, par exemple sous la présentation de “Katell goillet, que l’on peut traduire par Catherine la pécheresse”  : traduire, mais de quelle langue, au fait ? L’évocation de la pointe Saint-Mathieu précise qu’elle était “autrefois” appelée “penn-ar-bed” : mais même aujourd’hui on dit “Lokmaze Penn ar Bed” (c’est le nom complet) quand on en parle en breton. 
A emporter quand même pour des découvertes thématiques de la région.

100 mots de breton, 100 pages aux éditions Emgleo Breiz.
Contact mail.
Les plus belles routes de Bretagne. Pèlerin hors-série, 145 p.

Commentaires
Le blog "langue-bretonne.org"
Le blog "langue-bretonne.org"

Votre blog est impressionnant autant sur le fond que sur la forme. Chapeau bas !
Un correspondant occitan, février 2020.

Trugarez deoc'h evit ho plog dedennus-kaer. [Merci pour votre blog fort intéressant].
Studier e Roazhon ha kelenner brezhoneg ivez. Miz gouere 2020. [Étudiant à Rennes et enseignant de breton. Juillet 2020].

Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 758 399
Derniers commentaires
Archives