La Mayenne à sec-6 

J’étais de passage ce week-end en Mayenne. Hier matin, à l’occasion de la journée du patrimoine, je déambulais dans Laval le long de la Mayenne, quand j’ai aperçu un groupe de marcheurs dans le lit presque à sec de la Mayenne. Avec la visite des bains-douches art-déco des années 1930 et dont la décoration avait été conçue par le Rennais Odorico, cette marche doit être un must à Laval.

La Mayenne à sec-3

J'ai retrouvé le groupe à différents moments, à chaque fois dans un nouveau cadre et dans une nouvelle perspective. Ce qui m’a étonné, c’est de voir ces marcheurs se déplacer dans les parties asséchées de la rivière, y compris sur la digue hors d’eau, dont le reflet se projetait cependant dans les flaques qui restent. J’ai bien vu les marcheurs photographier ce qu’ils voyaient d’en bas. Mais je n’ai pas l’impression qu’ils aient été beaucoup photographiés ce jour-là depuis la rive ou depuis un pont.

Cette promenade, en fait, était organisée par l’Office de tourisme de Laval sous la forme d’une visite guidée pour découvrir l’histoire de la rivière et cela n’est possible qu’en période d’écourues. Vous ne connaissez pas ce mot ? Moi non plus, jusqu’à ce que je découvre sur le Wictionnaire qu’il s’agit d’un terme spécifiquement mayennais désignant les basses eaux produites par l'enlèvement momentané des barrages qui relèvent le niveau de la Mayenne. Comme les pâtures sont bien sèches partout en Mayenne, j'attribuais intuitivement ce bas niveau de la rivère à la sécheresse. Eh bien non, ce n'est pas ça. C'est une histoire d'écourues.

Une dernière chose : ce qui m’a également surpris, c’est qu’on ne profite pas de cet assec pour retirer les objets hétéroclites (barrières, plots…, et je vous épargne les photos) qu’on découvre sur la vase près des ponts. À moins que l'enlèvement soit prévu ultérieurement ? 

La Mayenne à sec-1 La Mayenne à sec-2