Le blog "langue-bretonne.org"

22 juin 2018

Après être revenu à Groix, le linguiste Elmar Ternes voulait aussi revoir Brest

Ternes Le Bris-1

Ternes Calvez-2

Il est le dernier à avoir enseigné la phonétique à l'université de Hambourg, dans le nord-est de l'Allemagne : la discipline n'attire plus guère les étudiants ni là-bas ni par ici. Lui avait suivi un cursus de linguistique à Sarrebruck, dont il était originaire. Quand il lui a fallu choisir un sujet de thèse, il a souhaité travailler sur une langue peu connue plutôt que sur une "grande" langue. En se penchant sur une carte de l'Europe, il s'est rendu compte que la Bretagne n'était finalement pas si loin de chez lui et qu'il lui suffisait de traverser la France pour entamer l'étude du breton. 

"Il n'y avait que des baraques"

Il arrive donc à Brest à la rentrée universitaire 1965 et suit les cours du professeur Pierre Trépos dans ce qui n'était pas encore la Faculté des lettres, mais un simple collège littéraire universitaire (CLU) dépendant de l'université de Rennes. 

Comme j'étais moi-même étudiant à Brest, en histoire et en celtique, c'est à ce moment-là que j'ai fait la connaissance d'Elmar Ternes : ce n'est pas surprenant, car il y avait alors bien moins d'étudiants à Brest qu'aujourd'hui. Il raconte dans Le Télégramme d'aujourd'hui (édition de Brest) sa surprise de découvrir qu'il "n'y avait pas de bâtiment en dur, il n'y avait que des baraques" ! Je me souviens très bien de l'amphithéâtre en bois, où j'ai eu l'occasion faire venir le journaliste et écrivain Xavier Grall, entre autres, pour une conférence. Hasard de l'histoire ou non, ces baraques, avenue Foch, se trouvaient à l'emplacement exact de l'actuelle Faculté Victor Ségalen.

À Brest et dans les environs, tous ceux qui s'intéressaient alors peu ou prou au breton se connaissaient. C'est ainsi qu'Elmar Ternes a fait la connaissance d'Alan J. Raude qui, outre le fait de se passionner pour le breton et encore plus pour le vannetais, était germanophone. C'est lui qui l'a convaincu de se rendre à Groix, dont sa famille était originaire, pour les besoins de sa thèse. Sans cela, qui sait si quelqu'un d'autre aurait effectué une telle recherche sur le dialecte occidental du breton de l'île de Groix tant qu'on pouvait y repérer des locuteurs et des locutrices ayant la maîtrise de la langue ? 

 La dynamique du Centre de recherche bretonne et celtique

Cinquante-trois ans plus tard, Elmar Ternes est donc revenu à Brest, se promettant de visiter la ville pour se faire une idée des changements qui y sont intervenus depuis son premier séjour et… de prendre le téléphérique. Ronan Calvez l'a accueilli à la Faculté des lettres et lui a fait visiter les locaux du Centre de recherche bretonne et celtique, et plus particulièrement la bibliothèque. 

Le professeur émérite de l'université de Hambourg a été tout à fait impressionné d'observer le développement de ce qui est aujourd'hui l'Université de Bretagne occidentale. Il a pu découvrir l'importance des fonds documentaires qui ont été rassemblés par le CRBC, qui va fêter l'an prochain son cinquantième anniversaire : une bibliothèque de 60 000 ouvrages et 2 000 périodiques anciens et vivants, accessible à tous, sans parler des archives sonores. 

Alors qu'il n'y avait qu'un seul enseignant-chercheur en breton-celtique à Brest en 1965, Elmar Ternes a pu réaliser combien les recherches sur la matière bretonne et celtique, toutes disciplines confondues, ont progressé à Brest en un demi-siècle. Il a pu notamment échanger avec Daniel Le Bris, maître de conférences à l'UBO, qui contribue à l'atlas maritime des côtes de la Manche et de l'Atlantique. Il va sans dire que les enregistrements collectés par Elmar Ternes à l'île de Groix à la fin des années 1960 l'intéressent au plus haut point.


20 juin 2018

Événement à Groix : le linguiste Elmar Ternes de retour sur l'île, 50 ans après ses premières enquêtes

Elmar & Sabine Ternes-2

Elmar et Sabine Ternes, à Groix, le 14 juin 2018.

Et séquence émotion. Une vague d'excitation a touché les Groisillones et les Groisillons dès qu'ils ont su que ce professeur émérite de l'université de Hambourg allait revenir passer quelques jours sur l'île où il n'avait pas remis les pieds depuis les années 1966-67. C'est à ce moment-là qu'il avait effectué trois séjours successifs de deux mois sur place pour les enquêtes de terrain qu'il lui fallait réaliser en vue de sa thèse. Trois ans plus tard et après sa soutenance, sa Grammaire structurale du breton de l'île de Groix, la première du genre, paraissait en français (et non pas en allemand) à Heidelberg.

Dès la nouvelle connue, les responsables d'associations locales, Annaig Guillamet et Elizabeth Mahé notamment, se sont mobilisées pour accueillir Elmar Ternes comme il se doit. Les deux bretonnants de l'île, Jo Le Port et José Calloch, se sont naturellement impliqués, eux aussi. Le maire de Groix, Dominique Yvon, et son premier adjoint, Gilles Le Menach, l'ont très officiellement reçu à la mairie jeudi 14 juin : sous la devise "Hatoup" de l'île (dont tout le monde sait, à Groix du moins, que ça veut dire "toutes voiles dehors") ils lui ont remis la médaille de la commune. 

Annaig & Elizabeth-1 Elmar Ternes Groix-1

Annaig Guillamet et Elizabeth Mahé. Jo Le Port et José Calloch, en compagnie d'Agathe Marin.

 Elmar Ternes Groix-3 Elmar Ternes Groix-5  

Le discours de M. le maire, la prise de parole d'Elmar Ternes devant micros et caméra.

Elmar Ternes Groix-7 

Une belle petite tempête médiatique

Les sonneurs Alan Buhé et Loeiz er Braz ont repris du service sous un petit crachin breton pour l'accompagner au son du biniou et de la bombarde jusqu'à la salle des fêtes, où était prévu le déjeuner. En fin de journée, ce sont plus de 70 personnes qui se sont retrouvées dans cette même salle pour une table ronde sur la place de la langue bretonne à Groix jusqu'au milieu du siècle dernier. Il a également été question des spécificités du parler groisillon et de l'héritage de la langue dans la mémoire collective groisillonne.

Elmar Ternes a lui-même été surpris de l'accueil qui lui a été réservé et de la belle petite tempête médiatique qu'il a dû affronter. Tout le monde voulait le photographier et l'enregistrer. Mathieu Herry s'était déplacé pour un reportage diffusé ce mardi midi (le 19 juin) dans le journal "An taol-lagad" sur France 3 Iroise. Celui de Jean-Luc Bergot avait trouvé place le soir même (le 14 juin) dans le journal en langue bretonne de Tudi Crequer sur France Bleu Breiz-Izel. Par ailleurs, la table ronde a fait l'objet d'une double captation sonore : 

  • l'une par Aimé Calloch, considéré comme le disque dur de Groix dans la mesure où il enregistre et filme tous les événements qui s'y passent
  • l'autre par Olivier Nouchi pour le compte d'une nouvelle radio locale, Radio Balise.

Petit commentaire en passant : je trouve toujours un peu dommage que diverses actualités concernant la langue bretonne ne passent guère dans les journaux en français des radios et télés, comme si elle ne pouvait pas intéresser également les non bretonnants. Dans la presse écrite, c'est l'inverse : elle ne traite de l'actualité "langue bretonne" qu'en français ! Fermons la parenthèse.

Elmar Ternes Groix-12 Elmar Ternes Groix-13 Elmar Ternes Groix-18 Elmar Ternes Groix-19

Éloge d'une informatrice illettrée et de deux Groisillons autodidactes

Elmar Ternes a en outre été impressionné de découvrir que plusieurs exemplaires de sa grammaire circulaient sur l'île de Groix. Il a surtout été très heureux de faire la connaissance de Jo Le Port et José Calloch, les deux seuls bretonnants de l'île désormais : s'ils ont pu se réapproprier le breton qu'ils avaient entendu dans leur jeunesse sans avoir alors appris à le parler, c'est aussi grâce à sa grammaire et à ses enregistrements. Son livre n'est pourtant pas une méthode d'apprentissage de la langue, d'autant moins que les textes en breton n'avaient été retranscrits qu'en API, soit l'alphabet phonétique international. Les deux Groisillons sont d'authentiques autodidactes : ils ont appris à le décoder !

Un autre temps fort de la venue du chercheur allemand sur l'île a été sa rencontre avec la petite-fille de l'une de ses deux principales informatrices. Quand il est arrivé sur l'île pour la première fois en février 1966, il a tout de suite observé que le français y était déjà la langue de la communication au quotidien, un français fortement influencé par le substrat breton cependant. Les moins de 50 ans (au moment de l'enquête) ne connaissaient plus que quelques bribes de breton. Parmi les 50-65 ans (nés après 1900), beaucoup pouvaient s'exprimer en breton. C'est surtout parmi les plus de 65 ans (nés avant 1900) qu'il avait repéré "une connaissance parfaite et une pratique sûre du breton." L'usage concret de la langue variait par ailleurs d'un village à l'autre. Elmar Ternes a pu questionner quantité d'informateurs, y compris lors de "conversations occasionnelles dans les rues ou dans les bistrots en buvant du 'rouge' avec les vieux marins." En venant sur l'île depuis le centre de l'Europe, il découvrait en même temps le monde de la mer.

Elmar Ternes Groix-22 Elmar Ternes Groix-23 

Jo Le Port lisant un extrait de la grammaire d'Elmar Ternes

Elmar Ternes Groix-25  Lucien Gourong-1

Annaig Guillamet et Lucien Gourong lors de la table ronde.  

L'une de ses principales informatrices l'a particulièrement marqué : Marie Tonnerre, née Guillevic en 1892 et donc âgée de 75 ans au moment de l'enquête, surnommée Chimen. Il lui doit, écrit-il, "ses plus beaux enregistrements." Elle a passé des après-midi entiers à répondre à ses questions. Dans sa thèse et lors de la table ronde, il a tenu à lui rendre hommage : "bien qu'elle soit illettrée, on ne saurait trop louer son intelligence, son agilité intellectuelle et son ouverture d'esprit." 

Lors de ses prises de parole le 14 juin, ainsi que dans l'interview qu'il a accordée à Ouest-France (lundi 18 juin, édition de Lorient), il a expliqué que c'est grâce à elle et à ses autres informateurs et informatrices qu'il a "arraché la dernière mémoire de ces femmes. C'était le dernier moment pour sauvegarder ces récits et cette langue". C'est grâce à elle qu'il a pu décrire un état "ancien" de la langue remontant au XIXe siècle. On comprend bien les raisons pour lesquelles sa petite-fille, Annaig Guillamet, était tout à la fois émue et rayonnante de la venue d'Elmar Ternes à Groix. 

Un retour en forme de déclic ?

Le linguiste remarque aussi à cette occasion que le statut symbolique de la langue s'est transformé en un demi-siècle. Rien qu'en circulant en voiture, il a découvert des panneaux de signalisation routière bilingues qui n'existaient évidemment pas au milieu des années 1960. Mais c'est sur l'île que cette transformation lui paraît la plus significative, bien qu'on n'y parle (presque) plus le breton. Au moment de son enquête, "les bretonnants de Groix sont convaincus que leur langue maternelle est sans valeur […]. Les enfants qui ne comprennent pas le breton se moquent de leurs parents bretonnants."

En revenant à Groix ces jours-ci, il ne se doutait pas que "son travail avait inspiré un tel intérêt". Et parlant de "ces deux messieurs", Jo Le Port et José Calloch, il ajoute : "c'est vraiment étonnant, ils ont le vrai accent ! Je n'aurais pas cru que ça pourrait exister." Il y voit une forme de réhabilitation du breton de Groix.

Loeiz Le Bras, Alan et Geneviève Le Buhé, les vannetisants venus du continent pour la journée "Elmar Ternes", ont entendu pour la première fois les deux Groisillons et le linguiste lui-même s'exprimer dans la forme spécifique de breton qu'on parlait dans la partie occidentale de l'île. Ils ont considéré qu'elle leur était facilement compréhensible et très proche finalement de celui qui se parle de Lorient à Vannes ! 

L'enthousiasme des uns et des autres au terme de cette journée était tel qu'ont été évoquées l'éventualité d'un cours de breton pour adultes à la rentrée prochaine et même l'ouverture à terme d'une classe bilingue : c'est l'excellent conteur et penseur Lucien Gourong (car un conteur sachant conter doit aussi y penser) qui l'a suggéré. D'ici là, les enregistrements réalisés par Elmar Ternes en cours de numérisation par l'association Dastum devraient être consultables à la médiathèque de l'île. Son retour à Groix aurait-il été un déclic ?

Kenavo Groe-1

Elmar Ternes a présenté une communication sur "Breton accentology" mercredi 20 juin lors de l'atelier "typologie du breton" organisé au Pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias, à Quimper dans le cadre du colloque "Celto-Slavica". Voir message précédent.

Il sera reçu jeudi 21 juin au Centre de recherche bretonne et celtique, à la Faculté Victor Ségalen, à Brest.

Femmes de Groix

Crédit des photos signées : Alain Roupie, que je remercie vivement pour me les avoir transmises. Alain Roupie est installé comme photographe à l'île de Groix, sur le port. Il vient de publier avec le concours de Gilbert Duval un beau livre illustré sur les femmes de Groix.

Pour en savoir plus, se reporter au blog d'Anita de Groix sur ile-de-groix.info

À l'attention de ceux qui souhaitent entendre des enregistrements complémentaires de breton de l'île de Groix, se connecter à la Banque sonore des dialectes bretons, à la page http://banque.sonore.breton.free.fr/shownews.php5, proposée par Pierre-Yves Kersulec. Ce dernier s'est rendu sur place à plusieurs reprises afin de recueillir les souvenirs et expressions d'un des derniers locuteurs de breton originaire de l'île. Aucun nom ni date ne sont fournis. D'autres enregistrements de breton groisillon peuvent être repérés par le module recherche du site.

18 juin 2018

Les plus grands spécialistes en études celtiques à Quimper cette semaine

Summer school

Une "Summer school", en français, c'est tout simplement une université d'été. La particularité de celle qui vient de se dérouler à Quimper pendant deux semaines – et pour la quatrième année consécutive - est justement qu'elle se déroule en anglais. C'est Gary German, professeur d'anglais à l'U.B.O., qui en a eu l'idée. Il avait observé que les chercheurs étrangers (Américains, Brittaniques, Allemands et autres) s'intéressent assez peu à la langue bretonne, alors qu'ils travaillent beaucoup plus sur les autres langues celtiques (gallois, gaélique d'Irlande ou d'Écosse…). Vivant dans un monde anglophone ou connaissant l'anglais de toute façon, ces chercheurs étrangers ne maîtrisent généralement plus le français, ou si peu, tant et si bien, explique Gary German en substance, que le breton est la langue celtique la moins bien connue des celtisants du monde entier, alors qu'elle est pourtant la seconde la plus parlée après le gallois et qu'elle est la seule langue celtique ayant survécu sur le continent.

À partir de ce constat, il a pris l'initiative de cette université d'été qui a pour but d'initier les chercheurs anglophones au breton directement par l'entremise de l'anglais, et ce dans le cadre agréable d'une ville historique connue par ailleurs pour son festival de Cornouaille, en l'occurrence Quimper. Il suffisait d'y penser, et ça marche. Chaque année, la "Summer school", organisée sous l'égide du Centre de recherche bretonne et celtique, attire à Quimper une soixantaine d'enseignants-chercheurs d'une vingtaine de pays différents. C'est ce qui s'appelle une belle notoriété.

Celto-Slavica : ça vous dit ?

Nombre de ces stagiaires prolongent leur séjour cette semaine dans la capitale de la Cornouaille en raison de deux autres événements, organisés sous le label Celto-Slavica : un atelier et un colloque. Celto-Slavica n'est guère connu par ici, si ce n'est de spécialistes, et pour une raison bien simple, c'est qu'il ne s'était encore jamais réuni ni en Bretagne ni ailleurs en France.

La première rencontre Celto-Slavica remonte pourtant à 2005 : elle avait été organisée à l'université d'Ulster à Coleraine. Depuis, d'autres colloques ont eu lieu à Moscou, Dubrovnik (Croatie), Lodz (Pologne), Příbram (Tchéquie), Saint-Pétersbourg, Bangor (Pays de Galles) et, il y a deux ans, Heidelbeg (RFA). 

La 9édition, pilotée par Gary German et Steve Hewitt, va donc se dérouler cette semaine à Quimper, les 21 et 22 juin. La thématique abordée pendant ces deux journées a trait aux échanges linguistiques et culturels (patrimoines matériel et immatériel) entre les pays celtophones et leurs voisins.

Un atelier sur la typologie du breton

Auparavant, est annoncé un "workshop", soit un atelier, sur la typologie de la langue bretonne, les 19 et 20 juin. Les meilleurs spécialistes en études celtiques seront présents au pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias à cette occasion. Jugez-en vous-mêmes. 

  • Ils viennent des universités de Zürich, Heildelberg, Fribourg, Marbourg, Hambourg, Édimbourg, Oxford, Indiana, Arizona, Moscou. 
  • Seront également présents des chercheurs du CNRS (tels que Mélanie Jouitteau), de l'École pratique des Hautes Études (Pierre-Yves Lambert), du CRBC-UBO-Brest (comme Gary D. Manchec-German et Tanguy Solliec), ou encore des chercheurs indépendants, notamment Steve Hewitt et Jean-Claude Le Ruyet.

Au fait, c'est quoi "la typologie du breton" ? En quelques mots, il s'agit de l’étude comparative et diachronique de la structure syntaxique de la langue. Les intervenants vont donc traiter de questions comme l'ordre des mots dans la phrase, de la syntaxe verbale, du pronom infixe en em dans les verbes réfléchis en breton moderne, de l'accentuation, des phrases sans verbe conjugué en moyen breton, des innovations grammaticales en breton prémoderne, des prépositions complexes, des consonnes finales, du marquage non canonique du sujet syntaxique… 

Deux communications devraient être présentées en français, une en breton et la plupart des autres en anglais.

Pour en avoir un aperçu, se reporter 

Pour en savoir plus : rendez-vous également sur le site du CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique) à la page : http://summerschool.bzh/Summer-School-Breton-Studies-2018.pdf

11 juin 2018

La disparition de l'historien Jacques Charpy

Charpy Jacques-1

Il était le président d'honneur de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne (SHAB), dont il fréquentait toujours assidûment les congrès. La dernière communication qu'il y a présentée ne date que de l'an dernier, à Tréguier : il y avait évoqué la figure de Mgr Eugène Boucher, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier de 1882 à 1888.

Jacques Charpy était originaire de Saint-Lô. Archiviste paléographe de formation, il a fait toute sa carrière dans le milieu des archives. En poste à Dakar, dont il avait étudié la fondation de la ville, il a été le dernier directeur des Archives de l'Afrique-Occidentale française (AOF). Il a ensuite dirigé les Archives départementales du Finistère à Quimper, avant de rejoindre celles de l'Ille-et-Vilaine en 1973. Le président du conseil départemental, Jean-Luc Chenut, a souligné combien "la communauté scientifique lui doit un nombre très important d’inventaires et de répertoires de fonds d’archives, de guides des sources". Il témoignait de ce fait d'une large connaissance de toute l'histoire de la Bretagne et de ses enjeux.

Jacques Charpy était une personnalité très attachante. Il est décédé à l'âge de 91 ans. Ses obsèques ont été célébrées ce matin en l'église Saint-Augustin de Rennes.

Posté par Fanch Broudic à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 juin 2018

Quand les Petites Folies affolent le public

Soviet-Suprem-2

Elles n'ont pas encore la réputation d'un grand festival. Mais il n'y a peut-être jamais eu autant de monde que le week-end dernier à Lampaul-Plouarzel, pour la huitième édition d'un festival joliment nommé "Les Petites Folies". Car elle représente un record de fréquentation. J'ai les chiffres : 11 500 entrées sur deux jours, dont 9 200 payantes, 1 200 enfants, 300 bénévoles, etc. Il y a sensiblement eu plus de monde le  vendredi soir. Bref, c'était petites et grandes folies durant deux jours dans cette commune littorale au nord-est de Brest, mais sans incident majeur et sans excès. "Une bonne ambiance à tout point de vue", dit Gilles Kerebel, le président, qui parle carrément d'un week-end "fabuleux".

Nouvelle dimension 

À sa création, le festival était multisite, mais c'est Lampaul qui l'organise seul désormais au "théâtre de verdure de Porspaul", s'il vous plaît : nouvelle appellation chic qui se substitue au lieu qui n'était connu jusqu'à présent que comme "le trou de Porspaul".

Il a clairement changé de dimension. L'an dernier, les organisateurs ont été à deux doigts de jeter l'éponge : pas assez d'entrées, un budget trop serré. Cette année, ils ont fait appel à des producteurs et tourneurs comme Neonovo et surtout Caramba spectacles.

Neonovo, une société basée à Lanester, était déjà dans la boucle, puisque son responsable, Yann Autret, est également le directeur des Petites Folies. Il connaît bien tous les milieux de la musique puisqu'il préside le syndicat des sociétés de production en France. Dès aujourd'hui, Neonovo se veut "créatif pour le monde de la musique de demain" : tout un programme.

Quant à Caramba, c'est une société de production de spectacles basée à Paris, dont le gérant, Luc Gaurichon, est le plus connu des producteurs dans le monde artistique et musical. Caramba se félicite effectivement sur son site de contribuer à "une nouvelle évolution du festival [des Petites Folies] avec une programmation plus ambitieuse", c'est dire son implication. C'est avec son concours que des artistes comme Imany ou Claudio Capéo se trouvaient à l'affiche ce week-end à Lampaul. Dès sa première année de présence, elle avait délégué sur place une équipe d'une demi-douzaine de personnes.

Mask-ha-gazh-15

La programmation 2018, plus homogène, a tranché par rapport à celle des années passées : plus "grand public et famille" le vendredi, plus rock ou décalée et donc plus "jeune" le samedi, DJ et électro les deux jours après minuit. L'information autour de l'événement a été beaucoup plus présente dans la presse et sur les réseaux sociaux au travers d'interviews et d'articles multiples et variés, la  communication plus pointue et la promotion des artistes bien plus active. L'organisation aussi s'est améliorée avec le doublement du nombre de bénévoles, mis à part de longues files d'attente un peu partout le vendredi. Gwenaelle Théaud est venue sur place pour TF1 et s'est intéressée à eux, mais son reportage n'est pas passé ce soir comme espéré.

Quelle évolution d'ici 2019 ?

J'avais croisé le Brestois Gérard Pont sur le site l'an dernier (et il se dit qu'il y est revenu cette année). Je l'ai connu comme producteur TV lorsque je m'occupais des programmes en breton de France 3 Ouest. Il est aujourd'hui, notamment, le patron du groupe Morgane production et le directeur des Francofolies de La Rochelle. Il s'étonnait qu'une manifestation comme Lampaul ne bénéficie d'aucune des aides qu'attribue le ministère de la Culture aux petits festivals. Tout est changé, vous dis-je : le logo du ministère figure sur le programme 2018, c'est un signe.

J'en ai entendu plusieurs ce week-end comparer les Petites Folies au festival du Bout du monde de Crozon. On en est loin, car le site actuel de Lampaul ne peut accueillir plus de 5 à 6 000 spectateurs par jour, quand le Bout du monde en reçoit 20 000 par jour sur plusieurs jours. Gilles Kerebel se donne le temps de la réflexion. Ce n'est qu'en septembre prochain que commencera pour de vrai la préparation de l'édition 2019 des Petites Folies lampaulaises. Ce qui devrait changer la donne pour l'avenir, c'est l'intérêt du public pour la formule 2018. Et le nouveau regard des producteurs pour un festival qui jusqu'à présent était resté modeste, mais qui peut encore se permettre de grandir, un peu, plus sur le plan qualitatif que sur un plan quantitatif. Sauf si…

Lire aussi le message précédent : le groupe Mask ha gazh aux Petites Folies 2018.

05 juin 2018

Mask ha gazh : du rock "celtique" ?

 Mask-ha-gazh-9

Le groupe était le premier à monter sur la scène des Petites Folies à Lampaul-Plouarzel, samedi en milieu d'après-midi. Il a beau afficher 2 000 concerts depuis sa création il y a 20 ans et annoncer un nouveau CD qui s'appelle "Expérience", ce n'est pas si facile à cette heure-là. Ça n'a pas gêné les quatre briscards du groupe, dont on découvre sur leur site que ce sont des "Bretons pure souche". Peu importe le lieu et l'heure, dès qu'ils commencent à jouer, ils fonctionnent comme un aimant, ils attirent le public à eux, 4 à 500 personnes en fin de concert tout de même. Ce n'est pas de la haute qualité musicale, m'a avoué quelqu'un qui les connaît bien, mais c'est festif et pour l'ambiance ils savent y faire.

Je tenais à entendre le "rock celtique" de Mask ha gazh, pour voir à quoi ça correspond. C'est du rock, c'est sûr, avec voix, guitares, flûtes, cuillers, etc. Celtique ? Il y a des bombardes (mais la bombarde, c'est spécifiquement breton), un pipe, et des instruments tout à fait inattendus, ma foi : des sabots percussifs ! Biskoaz kemend-all ![On n'a jamais vu ça !] C'est celtique ? On en a longtemps porté en Bretagne, et ça se fait encore un tout petit peu, si peu. Sur de la terre battue ou sur un chemin de pierre, ça résonne, mais c'est aussi à cause des clous sous les sabots (pour qu'ils s'usent moins vite). 

Mask-ha-gazh-7  Mask-ha-gazh-12  Mask-ha-gazh-13  Mask-ha-gazh-14

Sur scène, sur un caisson de bois (du simple contreplaqué), avec un micro bien placé pour capter et amplifier le son, ça donne un son tout à fait spécial. Ça rythme, ça cadence, ça génère de l'énergie, c'est efficace. Luc Le Squer joue des mains et des pieds, un jeu de jambes extraordinaire, une agilité à toute épreuve, avec des sabots il faut le faire… Assis ou debout sur son trône, déambulant sur la scène, il danse, il chante, se démène comme un catcheur, flatte son public avec des "ici, Lampaul-Plouarzel" assez lourdement répétitifs tout de même, des "la France" ou "la Bretagne" qui finalement ne disent pas grand-chose. J'oublie : il cite aussi Tahiti : de toute évidence, le leader du groupe a été marqué par une tournée récente en Polynésie.

Mask-ha-gazh-1     Mask-ha-gazh-10

"Mask ha gazh" : quel drôle de nom !

Avec tout ça, je ne savais toujours pas d'où provient ce nom de "Mask ha gazh" que le groupe s'est choisi. J'ai fini par en avoir l'explication. L'histoire remonte à près de vingt ans, au temps où le groupe n'avait pas vocation à vivre de sa musique. Il lui fallait se trouver un nom. Lors d'un repas après répétition, quelqu'un a parlé par hasard de masque à gaz. Un autre a dit : "et si on adoptait ce nom-là ?" Drôle de nom pour un groupe. L'astuce, ça a été de l'écrire non pas à la française, comme me le décrypte Luc Le Squer, mais "en celtique". Je lui fais observer que chacune des langues celtiques a sa propre orthographe. Il rectifie donc : "en breton". OK. Examinons dès lors les trois termes de "Mask ha gazh" l'un après l'autre.

  • "Mask" : la lettre "q" n'existant pas dans l'alphabet breton, la transposition est correcte. On peut aussi écrire "maskl". 
  • "Ha" : en breton c'est la conjonction "et". Ça ne traduit donc pas vraiment la préposition "à" du "masque à gaz" français. Ça ne le fait que par onomatopée ou phonétiquement, comme vous voulez. Mais le sens n'est plus le même.
  • "Gazh" : là, ça se complique. Si je consulte le dictionnaire français breton de Martial Ménard, pour le français "gaz" il préconise en premier lieu "aezhenn" ou "aezh". Il admet le terme "gaz" (sans le "h" final) comme étant usuel en breton, mais on comprend qu'il n'a pas sa préférence. 

Si bien que pour traduire "masque à gaz", le lexicologue propose "maskl enep aezhennoù". Cette expression est-elle vraiment attestée en breton ? Pour le vérifier, je consulte "Devri", le dictionnaire diachronique du breton en ligne, du même auteur : il n'en fait mention nulle part, ce qui est curieux. Par contre, il est fait état de "masklou enep-gaz", relevé dans un numéro de la revue "Arvor" que dirigeait Roparz Hemon en 1941. Par ailleurs, le Devri recense effectivement "aezenn" en 1919 dans le sens de "gaz" et dans l'expression "aezennou mougus" au pluriel, pour "des gaz asphyxiants".

Mask-ha-gazh-2 Mask-ha-gazh-5 Mask-ha-gazh-6 Mask-ha-gazh-11

Celtique ou balkanique, c'est toujours exotique

Mask ha gazh ne s'arrête pas à de telles subtilités, pour eux cet appelatif n'était qu'une galéjade. D'ailleurs, personne dans le groupe ne sait le breton. Pourquoi alors écrire "gazh" avec un "h", alors que personne ne l'écrit ainsi en breton ? Luc Le Squer me l'explique tout simplement : "ça rappelle le bzh [abréviation de "Breizh" en breton pour "Bretagne"] et ça donne une identité". Pour s'afficher comme un groupe de rock celtique, il ne restait plus après ça qu'à concevoir un logo et à entourer le nom du groupe d'entrelacs à l'irlandaise. "Celtique", c'est basique, c'est exotique et c'est typique. Le terme est utilisé dans une acception scientifique, mais il représente tout un imaginaire aussi, il est mythique. Et ça marche. La preuve : quand les spectateurs sont invités à entrer dans la ronde pour un final endiablé, tout le monde forme des chaînes et entre dans la danse…

Mask-ha-gazh-3   Mask-ha-gazh-4

Tout a l'air simple avec Mask ha gazh. Pas la moindre chanson en breton : ce n'est pas obligatoire non plus. Pas de chansons à texte, pas de textes militants : idem. Des chansons en forme de clins d'œil, sur la Bretagne, sur la mer, sur les bistrots, sur les anciens que l'on voit toujours à la même place au bout du comptoir… Justement, qui n'a-t-on pas vu monter sur la scène des Petites Folies, samedi dernier, à Lampaul-Plouarzel ? Une figure locale, Léo, dans le rôle de l'homme aux cheveux blancs et en costume cravate, et Adrian, un jeune d'une commune voisine, l'un et l'autre avec une bière à la main, tiens… Ils avaient déjà joué comme figurants il y a trois ans dans un clip du groupe. 

Quand Mask ha gazh s'en est allé, ce fut au tour du duo de "Soviet suprem" de monter sur scène. Eux font du "punk balkanique". Les deux groupes n'abordent pas les mêmes thématiques : l'un joue plus sur la nostalgie, l'autre sur la dérision. Ce ne sont pas les mêmes sonorités musicales non plus. Mais c'est bizarre, j'ai trouvé que les deux groupes se ressemblaient beaucoup, par le style, par leur façon d'interpeller le public, par les recettes de scène et même par la musique… 

Soviet-Suprem-1

Posté par Fanch Broudic à 16:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,