Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Le blog "langue-bretonne.org"
16 janvier 2017

Recherche bretonne et celtique : une nouvelle direction

Calvez Ronan-2b

La transition s'est faite le 1er janvier, en douceur et dans la discrétion : le Centre de recherche bretonne et celtique, après les votes intervenus une quinzaine de jours auparavant en assemblée générale du laboratoire, le 13 décembre 2016, s'est doté d'un nouveau directeur en la personne de Ronan Calvez.

C'est la première fois qu'un celtisant devient directeur du CRBC. Ronan Calvez est en effet professeur de celtique à la faculté Victor Ségalen (UBO, Brest) et mène des recherches en sociolinguistique et sur la littérature du breton du XVe au XVIIIe siècle, notamment. Il a collaboré à de nombreux ouvrages et publications scientifiques, mais aussi de vulgarisation.

Il est surtout connu pour sa thèse sur les premières décennies de la radio en langue bretonne et pour la découverte des manuscrits de Kerenveyer, qu'il a présentés comme une œuvre libertine en rupture avec la littérature essentiellement religieuse en langue bretonne qui prévalait avant la Révolution.

Pourchasse Pierrick-5         Stefan Moal-1

Deux adjoints font partie de la nouvelle équipe de direction, à ses côtés :

  • Pierrick Pourchasse (photo de gauche), historien, au titre de la composante brestoise
  • Et Stefan Moal (photo de droite), celtisant, au titre de la composante rennaise.

Jarnoux Philippe-1

Ronan Calvez succède à l'historien Philippe Jarnoux (photo), qui dirigeait le CRBC depuis 2011. Il devient le 6e directeur du centre de recherche depuis sa création en 1969. Jusqu'à présent, la direction n'avait été assurée en alternance que par des historiens et des ethnologues.

Yves Le Gallo avait été le premier à occuper la fonction : j'en ai été le collaborateur les premières années puisqu'il m'avait recruté comme documentaliste et que j'ai ainsi contribué à la mise en place des infrastructures du laboratoire. Le professeur Le Gallo est resté en poste jusqu'à son départ à la retraite en 1986. Ont ensuite pris son relais :

  • Donatien Laurent, chercheur CNRS en ethnologue, de 1987 à 1999
  • Fañch Roudaut, historien, de 1999 à 2003
  • Jean-François Simon, professeur d'ethnologie, de 2003 à 2011
  • Et donc Philippe Jarnoux, professeur d'histoire moderne, de 2011 à 2016.

Un laboratoire et une bibliothèque de référence

Pour mémoire, le Centre de recherche bretonne et celtique est un laboratoire qui compte dans le secteur des sciences humaines. Il est constitué de deux composantes :

  • celle de l'université de Brest, le CRBC historique en quelque sorte
  • et le CRBC Rennes à l'université de Rennes 2.

Les deux pôles forment depuis 2008 une unité de recherche multisite (CRBC, EA 4451 / UMS 3554) et pluridisciplinaire de 45 membres : historiens, linguistes, celtisants et anglicistes, ethnologues, sociologues, littéraires…

Le laboratoire compte également 53 doctorants, 85 chercheurs associés et 11 personnels administratifs et techniques, ce qui en fait un centre de référence en son domaine, non seulement en France, mais aussi à l'international.

Si les recherches portent principalement sur les aires culturelles bretonne et celtique, d'autres sont menées dans une démarche comparatiste sur d'autres terrains, en Europe atlantique, au Canada, au Mexique…

La bibliothèque Yves Le Gallo (labellisée CNRS depuis 2012 et consultable en ligne) que gère le CRBC est considérée comme l'une des plus belles sur la matière de Bretagne et sur les autres pays celtiques. Elle est une ressource incontournable pour les chercheurs, mais elle est également ouverte à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur ces questions.

Un éloge pour deux ethnologues

Je n'ai pas eu l'opportunité de le signaler à l'époque, c'est-à-dire en septembre dernier. Mais je profite de ce billet pour chroniquer le départ à la retraite à ce moment-là de deux éminents ethnologues, tous deux membres du CRBC.

 

Simon Jean-François-1                  Simon Jean-François-3

 

Jean-François Simon

Ayant eu pour maître Jean-Michel Guilcher, il a choisi de mener ses recherches sur les modes d’occupation et d’exploitation des espaces ruraux et périurbains en Bretagne, sur leurs variations dans le temps et sur leur encodage symbolique. Exactement.

Sa thèse sur le paysan breton et sa maison est parue dans les années 1980 sous le titre "Tiez" (maisons, en breton). Dans le discours d'anthologie qu'il a prononcé à l'occasion de son départ à la retraite, Yvon Tranvouez, lui-même professeur émérite d'histoire contemporaine, la salue comme "un ouvrage fondamental, un « classique », justement labellisé comme tel par les Presses universitaires de Rennes", à l’occasion de sa réédition à l’identique en 2011. J.-F. Simon, ajoute-t-il, "c’est un œil d’une extraordinaire acuité servi par une plume d’une remarquable précision. Ce fils de menuisier a une écriture d’ébéniste".

Je précise qu'il a le talent d'être drôle, tant il paraît ou feint d'être angoissé dès qu'il prend la parole. La chorale de circonstance du CRBC avait ce jour-là célébré en chanson les qualités de l'ancien directeur du CRBC.

 

Postic Fanch-3      Postic Fanch-2

 

Fañch Postic

C'est Donatien Laurent qui le sensibilise à la littérature orale, et l'intéressé m'a rappelé que je l'avais accueilli la première fois au CRBC. Il participe en 1986 au lancement de la revue ArMen, avant d'intégrer le CNRS comme ingénieur d'études et de devenir le responsable (et le seul collaborateur) du Centre de recherche et de documentation sur la littérature orale qui avait été créé en 1990, comme antenne du CRBC, au manoir de Kernault, en Mellac, près de Quimperlé. C'était, dixit Yvon Tranvouez avec un brin de nostalgie, "le temps heureux où nos grands féodaux, Louis Le Pensec et Jean-Yves Cozan, pouvaient donner corps à de fécondes intuitions sans être embarrassés par une bureaucratie paralysante. Depuis, hélas…"

En connaisseur, l'historien fait un bilan (forcément provisoire) des recherches de F. Postic en l'agrégeant d'autorité à sa propre discipline et en le présentant comme "un brouteur d’archives, un obsédé du texte, un drogué de l’écrit, bref un historien. Il exhume, il édite, il explique, il contextualise, il compare". Tout cela n'est pas faux, car Fañch Postic, précis (toujours), l'air studieux (mais pas toujours), a en effet travaillé sur "les figures" que furent La Villemarqué et l'abbé Cadic, mais aussi Luzel, Souvestre, Le Braz, Sébillot, Penguern et bien d'autres. Ce qui fait dire à l'orateur de service que "toutes ces statues, il les a dépoussiérées au prix d’un labeur de bénédictin."

Yvon Tranvouez n'a pas hésité à faire de J.-F. Simon et de F. Postic "deux piliers de notre laboratoire [dont le départ] marque la fin d’une époque." Il n'est pourtant pas dit que les deux ethnologues retraités restent inactifs. Il y avait à cette date, par ailleurs, quelques incertitudes sur le renouvellement des postes et sur le devenir de l'ethnologie à Brest. Je n'ai pas vérifié ce qu'il en était aujourd'hui.

Publicité
Publicité
Commentaires
Le blog "langue-bretonne.org"
Publicité
Le blog "langue-bretonne.org"

Votre blog est impressionnant autant sur le fond que sur la forme. Chapeau bas !
Un correspondant occitan, février 2020.

Trugarez deoc'h evit ho plog dedennus-kaer. [Merci pour votre blog fort intéressant].
Studier e Roazhon ha kelenner brezhoneg ivez. Miz gouere 2020. [Étudiant à Rennes et enseignant de breton. Juillet 2020].

Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 751 616
Derniers commentaires
Archives
Publicité