Le Liziec-1  a séquoia-1

Oui : les photos en témoignent. Le Liziec est un cours d’eau qui alimente l’Étang au duc, au centre-ville de Vannes. Cet étang est classé en deuxième catégorie et, selon Wikipédia, l’un des principaux plans d’eau en Bretagne pour la pratique de la voile radiocommandée.

Le Liziec, au pied de séquoias tricentenaires, traverse les jardins à l’arrière de la préfecture, en contrebas du bâtiment, avant de rejoindre la Marle en aval (voir des photos du jardin sur le message précédent). Celle-ci atteint ensuite le port de plaisance de Vannes, puis se jette dans le golfe du Morbihan.

Le Liziec-2 Le Liziec-3  Le Liziec-4

Je ne sais pas où commence la pollution ni où elle finit. Toujours est-il qu’en contrebas des jardins de la préfecture, la couleur de l’eau du Liziec surprend : un vert intense, avec un bel effet de miroir (à la date du 5 septembre). À peine si cette eau colorée peut s’écouler dans le lit de la rivière : on dirait qu’elle est stagnante.

J’ai cherché à en savoir plus et j’ai repéré une pollution récente de même nature, quoiqu’apparemment moins intense, sur le Gouessant, dans la région de Lamballe, comme le rapporte Ouest-France sur son site. Sur le Liziec, comme sur le Gouessant, ce doit être un déficit d’oxygène, qui génère dans le cas présent une très forte concentration de cyanobactéries. Il n’y a pas de poissons morts à la surface. La situation a pu évoluer depuis mes observations du 5 septembre, du fait de la pluviométrie.

Pour Vannes, je suis surpris que personne n’en dise rien : les écologistes, qui aiment bien le vert d’habitude, devraient être verts de rage sur ce coup-là. Les associations de pêcheurs ne seraient-elles pas au courant ? C’est la raison pour laquelle je le signale sur mon blog, qui traite habituellement d’autres sujets. Je ne sais pas si, à Vannes, les services compétents sont intervenus. L’association Eaux et rivières de Bretagne que j’ai contactée me renvoie vers un site de veille internet qui lui-même ne me paraît pas très actif, concernant la Bretagne en tout cas.