Les monts d'Arrée étaient tout en blanc ce jour-là, et ça a beaucoup surpris les téléspectateurs  du 12-13 de France 3 lors de la diffusion de ce reportage vendredi dernier, soit le 30 mars. Parce que tout le monde, par ici, avait oublié qu'il avait un peu neigé une quinzaine de jours auparavant. Mais voir ces enfants danser dans la neige près de la chapelle du mont Saint-Michel de Brasparts laissait entrevoir une atmosphère de légendes que leur confirmait la conteuse Awen Plougoulm en leur racontant l'histoire des korrigans dont les larmes avaient empli le lac de Brennilis.

Et c'est ainsi que se transmet désormais la mémoire des légendes dans l'imaginaire collectif des  jeunes générations. Mais les enfants d'aujourd'hui ne seraint-ils pas plus perspicaces qu'on ne le croit ? J'ai beaucoup aimé le bon sens de l'un des gamins, qui ne croyait qu'à moitié à ces histoires de korrigans : "je n'en ai jamais vu, dit-il, et je ne sais pas s'ils existent".

Jones Gaelle-1  Jones Geraint-2

Des boulangers échangeant en breton avec leur clientèle

Cette fenêtre du journal national de France 3 se prolongeait dans les landes en compagnie du naturaliste François de Beaulieu, avant de faire une halte à Saint-Cadou, sur la commune de Sizun. La journaliste Cécile Laronce m'avait sollicité pour l'accompagner à la rencontre de bretonnants. Nous nous sommes arrêtés au Ty-forn nevez [La nouvelle boulangerie], chez Gaëlle et Geraint Jones, qui s'y sont installé il y a une quinzaine d'années.

Ty Forn nevez-1

Ils y fabriquent toutes sortes de pains bio, de brioches et de kouign-amann de bonne facture qu'ils vendent dans leur boutique ou sur les marchés des alentours. Leur journée commence à 5 heures du matin et ne finit pas tôt. Pour eux, le breton est une langue du quotidien puisque la moitié de leur clientèle le parle : ils ont donc choisi de présenter les étiquettes et les prix dans les deux langues.

Le reportage de Cécile Laronce et la belle image de Pauline Juvigny restituent l'ambiance des monts d'Arrée et les ont rendus bien sympathiques. Sont-ils vraiment un sanctuaire de la culture bretonne ? Ce n'est pas le seul, mais ce n'est pas faux,  et il aurait fallu en montrer d'autres facettes : on est quand même là dans le pays d'origine du fest-noz, et quantité d'artistes et de chanteurs s'investissent dans des pratiques culturelles vivantes. Mais je sais bien qu'on ne peut jamais tout dire en quelques minutes. Ce que le téléspectateur en aura retenu, je pense, ce sont les paysages saisissants des Monts d'Arrée et que ceux qui y vivent sont des gens de caractère.

Mai 68 sur Brezhoweb

Ce soir, changement de chaîne et de programme : Brezhoweb, la seule chaîne intégralement en langue bretonne, diffuse à partir de 20h30 une émission spéciale sur mai 68 à Brest et en Bretagne sous forme d'un talk-show de deux heures, présenté comme il se doit par Lionel Buannic, avec la participation de nombreux acteurs de ces événements. Émission en direct depuis la librairie Dialogues.