Bernez Grall-2b

Il avait intégré RBO (Radio Bretagne Ouest) en 1982, à la création de la station décentralisée de Radio France, l'une des premières après Radio Mayenne. Dans son cas, c'était plutôt RBI d'ailleurs. Vous vous souvenez peut-être du slogan "RBI, radio an ti", la radio de chez soi. RBI pour "Radio Breiz-Izel" déjà, bien des années avant qu'Emmanuel Yvon, le précédent directeur, n'adopte cette appellation pour la station dans son ensemble (et pas seulement pour les émissions en breton), sur le modèle corse de Frequenza mora.

Bernez Grall a débuté sa carrière audiovisuelle à la fin des années 1970, lorsqu’il a fallu recruter de nouveaux collaborateurs bretonnants après l'adoption de la Charte culturelle. Il a d'abord participé aux émissions en langue bretonne de Radio Brest, en décrochage de ce qu'était Radio Armorique à l'époque.

Il a aussi contribué à plusieurs documentaires pour le magazine "Breiz o veva" entre 1979 et 1981, à la télévision régionale, avec le concours de réalisateurs patentés comme Franco Calafuri, Paul-André Picton ou Fañch Tager. Il a ainsi mené des enquêtes sur le port de Moguériec, l'abbaye de Daoulas ou les saisonniers de la betterave. Il a également proposé des sujets culturels : un portrait de l'écrivain Jakez Riou et des rencontres autour de paysans conteurs du Léon ou de chanteurs de fest-noz à Kergloff.

18 lettres de candidature

C'est en intégrant RBO que Bernez Grall est devenu journaliste. Pendant 32 ans, il a été une voix de la station. Il a surtout assuré la présentation des journaux en breton et réalisé des centaines de reportages d'actualité en breton comme en français. Le jour de son départ, ses collègues n'ont pas manqué de souligner sa ponctualité, son affabilité, son humeur toujours égale. Au sein de la rédaction, il était disponible en permanence pour partager ses connaissances ou pour gratifier ses collègues d'un humour quelque peu décalé.

Appel à candidature avait été lancé par France Bleu Breiz-Izel pour pourvoir à son remplacement et à celui de Maël le Guennec, qui vient de prendre ses fonctions comme responsable des émissions en langue bretonne à France 3 Bretagne. Ça n'était sans doute jamais arrivé : ce sont en tout 18 lettres de candidature qui sont parvenues au siège de la radio à Quimper. Après les phases habituelles de présélection et d'entretiens, il en resterait 3 ou 4 en lice. Verdict imminent.