Brud Nevez290 014Vivre en breton, ce n'est pas toujours une évidence en Bretagne en 2012. Pourtant ils sont nombreux à faire ce choix : vivre le travail, la famille, les loisirs en breton. Et c'est le thème du dossier à découvrir dans le dernier numéro de la revue (en langue bretonne) Brud Nevez.

  • Soazig Daniellou a réalisé "Distro Gwenn" (Le retour de Gwenn), une fiction de 26' qui se présente comme le pilote d'une série de cinq épisodes dont Bernez Rouz vient d'annoncer qu'elle allait être mise en coproduction. En plus des téléspectateurs de la diffusion hertzienne à la fin de l'année dernière, ce sont plus de 2 500 internautes qui l'ont plébiscitée sur le nouveau portail de France 3 Breiz. La particularité de ce film, c'est que le projet en a entièrement été mené en breton, du stade de la conception et de la préparation au tournage (avec des comédiens, mais aussi une équipe de techniciens sachant tous le breton), jusqu'au montage et au mixage. Et ce qu'explique Soazig Daniellou dans cet article de Brud Nevez, ça change tout.
  • La famille de Mouloud Paul est originaire d'Algérie. Son père a beaucoup  souffert de la guerre d'Algérie. Il a vécu à Marseille, avant de venir s'installer à Brest. Et c'est ainsi que Mouloud a appris le breton en fréquentant les marchés et les alentours de Brest et qu'il est devenu pour lui une langue naturelle.
  • Au pays bigouden, ils sont nombreux à se réunir autour de Michel Le Roy pour passer un bon moment lors de causeries en breton.
  • Manu Méhu, animateur à France Bleu Breiz-Izel, est aussi professeur de yoga : il donne ses cours en breton !
  • Quant à Dom Duff et Annie Ebrel, le breton leur est aussi naturel que la musique et le chant. Pour le premier, le breton est une langue rock 'n roll. Annie, qui va sortir prochainement un nouveau CD en compagnie de Lors Jouin, son parti est de faire découvrir de beaux textes qu'on ne connaît pas vraiment.

On découvre avec plaisir, dans la partie littérature de Brud Nevez, les chansons de Loeiza Beauvir et les haiku de Daniel Morvan, sans oublier la première partie du roman-feuilleton de Frank Bodenes, "Tilda" : un texte assez sombre, avec plein de trouvailles inattendues à la fois dans l'expression et dans le récit.
L'interview de Brud Nevez est proposée comme d'habitude par Mari Kermareg : elle nous amène à faire connaissance avec Jean Cabon, prêtre, qui parle franchement de son parcours et de ses vues sur l'Église d'aujourd'hui. Il évoque ainsi avec pas mal d'humour les années où il a été prêtre-ouvrier, mais pas n'importe lequel : prêtre-ouvrier agricole. Jean Cabon en est convaincu : si les prêtres avaient le droit de se marier, il n'en manquerait dans aucune paroisse.
Dans la partie magazine, outre les comptes de livres et de disques, on peut se promener au pays des fraises à Plougastel, découvrir un nouveau jeu de cartes (les Cronicards), comprendre l'évolution des sexes, ou savoir pourquoi Divi pleure…

On peut se procurer ce numéro de Brud Nevez en version papier ou en téléchargement.
Pour en savoir plus sur la série "Distro Gwenn" : le portail de France 3 Breizh.