yaourt ker ronanJe ne sais pas si l’Association pour l’importation de produits non laitiers en provenance d’Écosse existe toujours. De toute façon, c’est de vrais produits laitiers dont je veux parler ici. J’ai découvert il n’y a pas si longtemps dans une supérette une marque de yaourts que je ne connaissais pas : Ker Ronan. Ils sont fabriqués par une laiterie artisanale implantée à Rohan, dans le pays de Pontivy.
Le site internet (qui paraît tout récent puisque certaines pages ne sont pas encore tout à fait finalisées) m’apprend que la laiterie est adossée à une exploitation agricole, construite autour de procédés économes et de savoir-faire traditionnels. Le lait est donc issu de la ferme et produit par les vaches nourries sans fourrage fermenté. La laiterie ne fabrique apparemment que des yaourts, nature ou aux fruits.
Si j’en parle, c’est parce que la laiterie Ker Ronan imprime sur le packaging de ses yaourts un proverbe en breton (photo), dont la traduction est d’ailleurs fournie : "ce qui vaut la peine d’être fait, vaut la peine d’être bien fait."
C'est d'autant plus remarquable que Rohan se situe en pays gallo. En 1588 déjà, la carte figurant dans l'Histoire de Bretagne de Bertrand d'Argentré, bien qu'imprécise, place Rohan à l'est de la limite séparative entre Haute et Basse-Bretagne. Celle de J. de Witt, publiée à Amsterdam au XVIIIe siècle, n'inclut pas non plus Rohan en Basse-Bretagne, pas plus qu'une autre carte de 1711, intitulée "Gouvernement général du duché de Bretagne, divisée en Haute et Basse." L'enquête que réalise Coquebert de Monbret en 1806 localise toujours Rohan dans la partie française, de même que la nouvelle édition du Dictionnaire d'Ogée en 1843. Paul Sébillot ne cite même pas Rohan, le tracé de la frontière linguistique qu'il édite en 1886 se situant un peu plus à l'ouest.
Ar pod laezh 1Pour en revenir aux produits laitiers, j'avais goûté il y a quelques mois chez un ami d'Audierne des yaourts au nom de "pod-laezh". Ceux-ci sont fabriqués à Briec, à la ferme de Kerheu. Il s'agit ici d'une exploitation en bio de 110 ha et 70 vaches. Les produits de la ferme sont beaucoup plus diversifiés, puisqu'elle propose du lait cru ou fermenté, du beurre, du fromage (dont un au nom de "Ti Pavez"), des crèmes et mêmes des glaces. Mais seuls les yaourts aux fruits ont droit à l'appellation de "pod-laezh" : ce qui est peut-être un peu grand pour des yaourts, puisque "pod-laezh" c'est quand même un pot ou un seau à lait. Mais c'est sans doute l'image qui compte, d'autant que ce mot breton est assez connu, et même si l'objet lui-même n'a plus une bien grande utilité. Ça fait donc un peu rétro.
Les deux marques sont labellisées : Ker Ronan a reçu le label "Produit en Bretagne" et les produits de la ferme de Kerheu affichent le logo AB de l'agriculture biologique.

Pour en savoir plus :
Le site de Ker Ronan : http://www.ker-ronan.com
Celui de la ferme de Kerheu : http://www.fermedekerheu.com/
Sur la frontière linguisitique :
Fanch Broudic. A la recherche de la frontière. La limite linguistique entre Haute et Basse-Bretagne aux XIXe et XXe siècles. Brest : Emgleo Breiz, 1995. 179 p.