Istoriou Bzh 282Ça y est : les programmes en langue bretonne de France 3 Bretagne sont passés à l’heure d’été, comme ceux de toutes les chaînes. Cet été, on nous propose la rediffusion des dix épisodes de "Istoriou Breizh", une sorte de docu-fiction qui avait été présenté cet hiver comme étant la série qui décoiffe l'histoire de Bretagne (voir message du 9 octobre 2010). Le projet était ambitieux. Il a suscité du buzz médiatique. Mais a-t-il été convaincant ? À revoir, si vous y tenez, dans le cadre du magazine Red an amzer, le dimanche à 11 heures 30.
En juin, ce même magazine a fait voyager les téléspectateurs bretonnants à l'international avec un documentaire de Ronan Hirrien à Bruxelles, puis un reportage de Herri Morvan au Burkina Faso. Ce n'est pas si courant. Les deux sujets faisaient contraste tant par l'écriture que par la thématique abordée.
À Bruxelles, R. Hirrien a rencontré plusieurs jeunes bretonnants travaillant dans les instances européennes, à l'aise dans leur job. Ils expliquaient ce qu'ils y faisaient avec une réelle facilité, mais dans un breton pas toujours limpide, faisant nécessairement appel à une terminologie que tout le monde ne maîtrise pas (merci le sous-titrage). Ils donnaient en même temps à comprendre ce que les aides de l'Europe apportent concrètement à la Bretagne.
Au Burkina, H. Morvan est allé à la rencontre d'une religieuse missionnaire, originaire du Léon, bientôt octogénaire, mais travaillant toujours dans le secteur de la santé. Elle s'exprimait quant à elle en un breton de bonne facture léonarde, avec une certaine timidité, comme si elle s'étonnait d'être interviewée en sa langue maternelle pour la télévision. Elle est sans doute l'un des derniers acteurs des générations de missionnaires bretons et bretonnants qui se sont investis depuis le XIXe siècle sur les cinq continents (mais l'émission ne le disait pas).

Pas mal de changements dès septembre
Avant de se séparer, les équipes en langue bretonne ont planché sur la prochaine rentrée : des changements sont annoncés.

  • Tout d'abord, le rendez-vous du samedi matin va disparaître en tant que tel : exit donc "Te ha me" (l'interview hebdomadaire d'un(e) jeune bretonnant(e) sur ses occupations et ses aspirations) et "Son da Zont" (l'émission musicale).
  • L'émission jeunesse "Mouchig-dall" est désormais bien installée : elle ne bouge pas et continuera à être diffusée le mercredi en début de matinée.
  • C'est le dimanche que tout va changer, puisque "Red an amzer" ne sera plus contracté sur 26' et va retrouver la durée qui était la sienne il y a quelques années : soit une heure de programme non-stop. C'est une très bonne nouvelle, puisque l'émission sera diffusée tous les dimanches à compter de 11 heures et jusqu'à midi. Du coup, "Red an amzer" devrait être moins "sociétal" (c'est ainsi qu'il s'affichait) et inclure des séquences musicales et culturelles plus développées. Relookage en perspective.

red_an_amzer_On en saura plus dans deux mois sur le sommaire. Mais une autre innovation retiendra l'attention d'un certain nombre de téléspectateurs : sur le portail internet de France 3, le magazine sera proposé avec ou sans sous-titrage, au choix. C'est une demande à laquelle j'avais fait écho dans mon rapport sur l'enseignement du breton : nombre d'enseignants aimeraient pouvoir utiliser les émissions en breton en VO pour leurs cours.

Ce n'est pas tout : le journal "An taol-lagad" lui-même va évoluer. Les équipes de France 3 Iroise ont apparemment redouté un moment qu'il ne soit plus diffusé que sur internet. Il va y avoir des modifications, mais ce n'est pas du tout de cela qu'il s'agit : le journal en langue bretonne, dont l'audience s'était stabilisée à un assez faible niveau depuis quelques années, va bénéficier d'une nouvelle exposition.

  • L'horaire va changer : au lieu d'être diffusé à midi, il le sera à 12 h 20.
  • La zone de diffusion va être élargie : au lieu de n'être diffusé que sur France 3 Iroise en Basse-Bretagne, il le sera désormais sur France 3 Bretagne, c'est-à-dire dans toute la région.
  • Dernier point : au lieu d'être diffusé en VO, "An taol-lagad" aussi va être sous-titré (comme le sont déjà les autres émissions en breton, sauf Mouchig-Dall, et c'est logique).

Pour "An taol-lagad", ces changements s'annoncent un peu comme un test.