Le Rectorat de l'Académie de Rennes, en lien avec le Conseil régional de Bretagne, m'a chargé d'une enquête, pour comprendre ce qui va et ce qui ne va pas pour l'enseignement du breton.
Pour la première fois, le nombre d'inscrits en classes bilingues (que ce soit Diwan ou celles de l'enseignement public ou celles du privé) a franchi le cap des 13 000 élèves. Mais le chiffre de ceux qui choisissent d'étudier le breton en option dans le second degré est en baisse : beaucoup de collégiens préfèrent étudier l'anglais que le breton. On ouvre de nouvelles classes bilingues en maternelle ou en primaire. Mais après le CM2, la majorité des élèves ne continue pas en bilingue au collège…
Plusieurs dizaines d'étudiants s'inscrivent en licence chaque année dans les universités de Brest et de Rennes. Mais il n'y a pas assez d'enseignants de breton. Les instituteurs ou professeurs des écoles qui enseignent en classe bilingue se passionnent pour leur métier. Mais le bilinguisme est contraignant et le métier est prenant.
Beaucoup de questions se posent donc par rapport à l'enseignement du breton et par rapport aux métiers que peuvent envisager les jeunes bretonnants d'aujourd'hui.
C'est la raison pour laquelle, en plus des enquêtes que je mène sur le terrain, j'ai décidé d'ouvrir un blog à se sujet, pour que chacun puisse donner son avis. Au nom de Studi : c'est-à-dire "les études" en breton.
L’adresse de ce nouveau blog : www.studi.canalblog.com