bezin_goa_v_3Il est temps de prendre date : le Festival de cinéma de Douarnenez démarre dans un mois, le 22 août. Cette année, ce sont les peuples du Caucase qui sont à l'affiche. Les peuples du Caucase ? Quand on sait que la Tchétchénie est l'un de ces peuples, on devine aisément l'intérêt des organisateurs du Festival. Mais ce n'est pas tout, car cette région, qui se situe au carrefour de l’Europe et de l’Asie,  se présente comme un inextricable enchevêtrement de peuples et de cultures, avec des frontières héritées d’une histoire mouvementée. L’actualité d’août 2008, avec la Géorgie, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, a remis en lumière ces conflits.
La programmation du Festival va donc proposer "un décryptage" concernant cette région du monde, avec la projection de 70 films de réalisateurs du Caucase ou y ayant tourné, avec un retour sur la Tchétchénie (incluant une "focale russe" sur le Caucase) et la découverte d'une "mosaïque de cultures" concernant l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Des réalisateurs, journalistes, politologues et sociologues sont invités.
Le 27 août, est prévue une journée littérature (inscription préalable), sur le thème "Caucase, la montagne des langues", en compagnie de Bernard Outtier, linguiste et philologue. On parle en effet une quarantaine de langues dans cette région, dont très peu seulement sont écrites, avec 5 écritures différentes. Les thématiques qui seront abordées : Comment une telle diversité finit par créer une identité caucasienne ?  Pourquoi certaines langues restent dans l’oralité ? Quel avenir pour ces langues ?
A l'affiche également, pour la première fois à Douarnenez : le monde des sourds, avec le projet d'y entraîner les entendants pour qu'ils découvrent "une culture minoritaire trop souvent ignorée". La réalisatrice Brigitte Lemaire présentera les films qu'elle réalise pour la reconnaissance de la culture sourde.

Le Grand Cru Bretagne 2009
Le festival de Douarnenez se présente toujours comme "un lieu d’échange privilégié entre le public et les professionnels, autour de la création et de la production audiovisuelle en Bretagne." Une sélection de films sera projetée sous le label "Grand Cru Bretagne 2009" : avec un intitulé aussi prometteur, il ne faudra pas décevoir (mais le rendu en breton de cette belle expression - "dreistdibab" - n'est pas génial, puisqu'il n'annonce qu'une "super-sélection") . Un total de 14 documentaires, 4 fictions en court-métrage et 3 films d'animation sont au programme.
Ce n'est pas faute d'intérêt pour les autres, mais je ne cite que les films en breton, dont les documentaires de trois réalisateurs que je connais bien et que j'apprécie pour avoir beaucoup travaillé avec eux :
- Hent-dall de Sébastien Le Guillou, 15’. France 3 Ouest : découverte au quotidien de la vie  d'un couple d'aveugles (primé lors des Priziou).
- Me oa deut da vezañ hardizh de Thierry Compain, 26’. 24 images / France 3 Ouest : le portrait sensible d'une femme de l'Ile-Grande, ancienne bonne à Paris.
- O seizh posupl de Soazig Daniellou, 52’. Kalanna Production / France 3 Ouest : que sont devenus les premiers bacheliers issus de la filière Diwan (voir sur ce blog le compte-rendu du film).
En fiction, on note la présence d'un épisode de 6' de la série Leurenn BZH de Sonia Larue. Pois Chiche Films / TV Rennes 35 / Dizale / MALP / La Découverte.
Des rencontres avec le public sont par ailleurs prévues du 27 au 29 août sur l'audiovisuel en langue bretonne, ainsi que des rencontres professionnelles et table-rondes, par exemple sur les tournages en Bretagne et sur les chaînes locales bretonnes diffusant sur la TNT.
Je ne peux tout mentionner (le site du festival le fait !), mais signale encore les programmes que proposent la Cinémathèque de Bretagne et l'INA Atlantique. Ce dernier a choisi :
- un film de Marie Kermarrec consacré au premier présentateur en langue bretonne de la télévision régionale : Charlez ar Gall, brezoneger penn, kil ha troad
- et "Histoire de la télévision régionale", un documentaire de 40' réalisé en 1990 par Louis-Marie Davy et Patrick Gay (déjà vu plusieurs fois dans la région cet hiver). Je ne suis pas certain que dans l’esprit de ses concepteurs, ce "documentaire" doive réellement être considéré comme une "histoire" de la télévision régionale en Bretagne. Ne serait-ce que parce qu’il a été élaboré en 1990 à l’occasion des trente ans de la télé régionale et que bientôt vingt autres années se sont écoulées depuis. Un travail sur la durée reste donc à entreprendre sur le sujet. Mais cette rétro présente l’intérêt de donner à voir ou à revoir plusieurs épisodes signifiants de ce que fut Télé-Bretagne à ses débuts.
A votre appréciation !
Pour en savoir plus ; www.festival-douarnenez.com