nevezamzer0913Enfin… 3 mots. C'est ce que j'apprends en lisant tardivement "Le Monde" du 3 avril. C'est qu'il n'arrive pas si vite au bout du monde, "Le Monde". Et quand il est là, il faut encore être disponible pour le lire tout de suite. A la une, dans l'éditorial, sur plusieurs pages, il n'est question que du G20, de finances, de géopolitique, de rebâtir un nouvel ordre mondial, etc…
Et je découvre au hasard d'une chronique de Marion Van Renterghem que ce que n'a pas encore réussi le Président Sarkozy, le Premier Ministre irlandais l'a fait. Oui. Brian Cowen est l'un des deux seuls dirigeants européens que Barack Obama ait reçu à ce jour dans son bureau Ovale, et cela 15 jours avant le sommet de Londres.
Et qu'a-t-il dit, le Président des Etats-Unis d'Amérique, au Premier Ministre de la République d'Irlande ? Ils ont discuté des graves questions qui préoccupent le monde. Puis, il lui a dit : "Is féidir linn". Vous savez bien ce que ça veut dire, puisque vous connaissez bien les langues celtiques et le gaélique en particulier. Non ? C'est tout simplement la traduction du fameux "Yes we can" !
Ce que m'apprend en outre M. Van Renterghem c'est que Barack Obama aurait, par sa mère, des ascendants irlandais et qu'il a "tenté de trouver dans son nom de vieilles souches celtiques". Sa famille serait même originaire du même comté que Brian Cowen. C'est assez incroyable, non ? Et ça change tout. En Irlande, bien sûr, on en a énormément parlé. Et c'est "Le Monde" qui me l'apprend.