Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog "langue-bretonne.org"
17 janvier 2009

La Poste veut-elle effacer le breton ?

arbres_89Et si ce qui s'est passé ces dernières semaines à Plouguerneau était prémonitoire ? On a beaucoup parlé, dans la presse et sur internet, du projet de la municipalité d'attribuer de nouveaux noms aux hameaux et quartiers de la commune, qui auraient eu pour effet de remplacer la toponymie bretonne existante par de nouvelles dénominations à connotation plus française. Cette initiative a provoqué de vives réactions, et ce n'est pas seulement en pays pagan.

Dans le Télégramme de ce 17 janvier, le directeur du courrier pour l'Ouest Bretagne, Yves Amiard, reconnaît que c'est bien La Poste qui incite les communes à le faire. Il faut apparemment donner des noms de rues et des numéros d'habitation aux villages qui n'en ont pas et, dit Monsieur Amiard, La Poste "recommande de choisir le français plutôt que le breton pour les dénominations".
Pourquoi donc ? Parce que les nouvelles machines qui vont trier le courrier et organiser la tournée des facteurs réclame de la lisibilité et de la précision. Et ces nouvelles machines, paraît-il, n'aiment ni les noms de hameaux ni l'orthographe des noms de lieux exprimés en breton. Surtout, ce que ces nouvelles machines ne sauraient pas faire, c'est reconnaître les apostrophes : "les apostrophes perturbent la lecture optique".
D'abord, il n'y a pas que des apostrophes en breton. Ensuite, il est assez incroyable que le progrès ne puisse pas s'adapter au vécu de toute une population : on ne peut pas inventer une machine qui sache lire aussi les apostrophes ?  Les GPS s'en sortent bien, non ? Mais ce dont M. Amiard et La Poste n'ont pas l'air de se rendre compte, c'est que tout le paysage toponymique de la région va se transformer si toutes les communes se mettent à suivre leurs recommandations ! Je suis plutôt pour le progrès, mais là, ce sont 2000 ans d'histoire qui vont être gommés. Il faudrait désormais faire comme si on n'avait jamais parlé breton en Bretagne et comme si on ne le parlait plus ?
M. Amiard s'en sort par une pirouette : ce n'est pas la langue bretonne qui le gêne, a-t-il déclaré au Télégramme, mais les apostrophes. Mais pourquoi demande-t-il alors de remplacer les toponymes bretons par des noms en français ? Ceux dont le nom de famille comporte également une apostrophe vont-ils aussi devoir changer de patronyme, pour être sûr de recevoir leur courrier ?
En voulant éviter les protestations de clients qui recevraient mal leur courrier, La Poste risque fort de soulever celles des élus, de la Région, des départements, des communes, des militants culturels, d'un peu tout le monde. Plouguerneau pourrait n'avoir été qu'un avant-goût… En recommandant aux communes "de choisir le français plutôt que le breton", La Poste fait très fort, comme si elle voulait par une simple circulaire effacer la langue bretonne du paysage régional. Ce n'est pas admissible. Même les touristes risquent de ne plus s'y retrouver !

Commentaires
F
La stratégie du bourreau, c'est de se poser en victime...<br /> <br /> La seule chose qu'on puisse faire pour une langue menacée, c'est de la parler...<br /> <br /> An dra nemeti a heller ober evid eur yez en avar a zo ober ganti...<br /> <br /> K.A.B (Kostezenn Ar Brezoneg)<br /> breiz-izel.over-blog.com
Répondre
A
"Le français se nourrit de l’occitan qu’il réduit ; il ignore le breton avant de le mettre à mal, mais le basque lui résiste et il doit composer avec l’alsacien. Dans l’ensemble, le français met à mal les langues et dialectes dans ce qu’on appellera plus tard « l’Hexagone »." <br /> <br /> J'ai trouvé cette superbe citation dans un livre intitulé "atlas des minorités en Europe" aux éditions AUTREMENT. Je trouve qu'elle résume bien l'esprit dominateur des francophones fiers de l'être et qui prône la "défense de la langue française" à travers le monde, comme si le français avait des risques de disparaître à tout moment !<br /> <br /> La langue la plus menacée en France est l'occitan. Un occitan a qui j'ai posé la question justement m'a dit que sa grand-mère lorsqu'elle était à "l'école de la république" se faisait taper sur les doigts par sa maîtresse chaque fois qu'elle parlait occitan. Elle comme les autres ont subi cette interdiction de pratiquer leur langue au début du siècle ainsi que des humiliations. Dès lors elle a cessé de parler occitan à toute personne excepté ceux qu'elle connaissait à l'époque. Une sorte de honte subsistait et faisait qu'elle ne parlait jamais occitan à ses enfants qui ne l'ont donc pas transmis à leur descendance.<br /> <br /> Comme dans cet exemple, des millions de locuteurs occitans ont été privés du droit de pratiquer librement leur langue. Ainsi LA LANGUE OCCITANE EST QUASIMENT MORTE DEUX GÉNÉRATIONS APRÈS.<br /> <br /> Mais ce phénomène ne concerne pas que les Occitans, le breton est lui aussi très menacé car il n'est pratiqué dans aucun pays voisin. Le corse ne survit que grâce à une conscience régionale vigoureuse. Le basque était lui aussi en mauvaise posture du temps de Franco. Car l'Espagne qui était son refuge depuis des siècles était alors basculée du camp des envahisseurs. Depuis la mort de Franco, il se relève lentement.<br /> <br /> Mais la politique linguistique à la française est depuis son origine néfaste à toutes les autres langues, lesquelles sont appelées patois et sont encore ridicules aux yeux de nombreuses personnes.<br /> <br /> FR Unité dans la diversité <br /> EO Unueco en la diverseco <br /> BZ Unanded el liested <br /> EU Ainitzen arteko batasuna
Répondre
L
La plus belle chose héritée de mes parents est sans conteste la langue bretonne et j'éprouve une certaine fierté,Monsieur AMIARD,à la parler ,la lire et l'écrire.<br /> La langue Française est belle,la langue Bretonne est tout aussi riche ,offrant de nombreuses possibilités,très imagée avec des expressions qui lui sont propres .Encouragez vous aussi vos usagers et clients portant les noms de Guyonvarc'h,Roverc'h,Guivarc'h... à quitter votre établissement ? Brezhoneg da viken
Répondre
H
"pour l'unité linguistique de la France, la langue bretonne doit disparaître" (Anatole de Monzie).<br /> C'est toujours ainsi, au pays qui donne des leçons de droits de l'homme à la planète - et de droit des peuples: vive le Québec libre et le Nunavut souverain!-<br /> Bref, c'est tout simplement inadmissible.<br /> Bevet ar Brezhoneg, e pep lec'h e Breizh.
Répondre
M
Il suffit de leurs montrer qu'on résiste et aller sur "Comment rédiger son adresse en breton ?" http://arpost.free.fr
Répondre
Le blog "langue-bretonne.org"
Le blog "langue-bretonne.org"

Votre blog est impressionnant autant sur le fond que sur la forme. Chapeau bas !
Un correspondant occitan, février 2020.

Trugarez deoc'h evit ho plog dedennus-kaer. [Merci pour votre blog fort intéressant].
Studier e Roazhon ha kelenner brezhoneg ivez. Miz gouere 2020. [Étudiant à Rennes et enseignant de breton. Juillet 2020].

Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 758 271
Derniers commentaires
Archives