photoblog_brutdemer14Ça n'a pas grand'chose à voir avec le sujet de ce blog, mais j'aimerais quand même réagir aux infos selon lesquelles l'école de gendarmerie de Châteaulin pourrait fermer d'ici deux ou trois ans. Et pourquoi fermerait-elle, celle école ? L'une des raisons avancées est qu'elle est "excentrée". Ce qui pose, nous explique-t-on, un "problème majeur d'attractivité, tant pour les candidats que pour les familles et les formateurs".
Le sous-Préfet de Châteaulin a raison : par rapport à l'Ile Longue et à ses sous-marins nucléaires, elle n'est pourtant pas "excentrée" du tout, cette école - ce qui prouve en passant que l'Ile Longue n'est pas au bout du monde, contrairement aux apparences, mais bien au cœur du monde.

Mais s'il le faut vraiment, il y a une autre solution : transférer Châteaulin ailleurs. Pas seulement l'école de gendarmerie. Tout Châteaulin. La ville, les habitants, les écoles, les administrations, les équipements, les commerces… Tout. Comme ça, si l'école de gendarmerie ferme (à Châteaulin), personne n'en subira les conséquences. Il n'y a pas de raison que seuls les élèves-gendarmes et leurs professeurs en gendarmerie soient concernés. Il faut que ce soit tout Châteaulin. Ce sera le grand déménagement, comme au Québec autrefois. Ce ne sera pas la ruée vers l'ouest. Ce sera la ruée vers l'est. Nécessairement. Si Châteaulin était un peu moins "excentré", il y aurait le choix : vers le nord ou le sud, vers l'est ou vers l'ouest. Mais là, il n'y a pas le choix.
Alors, où ça, ailleurs ? Peut-on imaginer que ce soit à Rennes ? La ville va être desservie d'ici peu à grande vitesse par TGV : donc la capitale de la Bretagne sera moins "excentrée".
Mais Rennes, c'est toujours en Bretagne. On doit pouvoir trouver encore moins "excentré". Plus près du centre, et donc plus attractif. Ce serait épatant. En cherchant bien, on trouvera "pas excentré du tout". Si, si, c'est sûrement possible. Du coup, le "problème majeur d'attractivité" (c'est quand même joliment dit, ça) n'existerait plus. Ce serait super.
Quand on vous disait qu'on avait toujours quelques soucis de désenclavement, en Bretagne…