photoblog_brutdemer02Vient de paraître :

Jean-François Courouau
Moun lengatge bèl. Les choix linguistiques minoritaires en France
(1490-1660), Genève, Droz, 2008, 472 p.

À côté de la masse des écrits publiés en français ou en latin depuis l’introduction de l’imprimerie en France, il existe toute une littérature rédigée dans les langues locales, dans les diverses formes de l’occitan (provençal, gascon…), dialectes d’oïl (poitevin, normand..), francoprovençal, basque, breton. Ces œuvres, poétiques pour l’essentiel, posent la question du choix linguistique : alors que le français et le latin, en concurrence l’un avec l’autre, apparaissent comme les vecteurs normaux de l’expression poétique, pourquoi certains auteurs font-ils le choix d’une langue locale a priori dépourvue de tout prestige ?
Cette étude, centrée sur la période 1490-1660, permet de mettre en lumière les motivations, principalement esthétiques, de poètes nourris de tradition savante, mais soucieux d’intégrer dans leurs œuvres des éléments issus de la vie populaire. L’ensemble de cette production donne lieu à des réalisations originales comme celles du toulousain Pierre Godolin (1580-1649) ou du rouennais David Ferrand (1590-1660) et forme un chapitre largement méconnu de l’histoire littéraire et culturelle de la France.

Présentation du sommaire
La première partie traite des langues du royaume de France : latin, français, dialectes d’oïl, francoprovençal,occitan, breton, basque, hébreu et parlers judéo-romans, Tsiganes.

Les objets et formes constituent la matière de la seconde partie :
- les noëls, avec une géographie et chronologie du noël en langue périphérique (1500-1660). Le miroir linguistique. Écrire pour le peuple ?
- savoirs et sagesse : les dictionnaires et colloques, en Bretagne (1464-1659), au Pays basque (1620), en domaine d’oc (1578-1638)
- le monde en désordre : la satire personnelle et l’épigramme, les malheurs du temps, les méfaits de la guerre, la Fronde…
- louer, railler et contrefaire l’amour
- du lien : vœux (conformes ou détournés), des petites choses de la vie, le vin, Carnaval…
- innovations et recherches esthétiques
- évolutions et nouveau public ? le burlesque occitan… Naissance d’une littérature à destination élargie et stratégie éditoriale.

La troisème partie traite d'écritures poétiques et pouvoirs
- Le roi naît : naissance du recueil plurilinguistique
- François de Valois à Rennes (1532) et la langue des Troyens
- langue et identité…
- le pouvoir municipal et l’arme de la langue
- les institutions de la vie littéraire

L’auteur : Jean-François COUROUAU est professeur agrégé habilité à diriger des recherches à l'Université de Toulouse-II-Le Mirail. Il conduit ses recherches en littérature occitane sous l’Ancien Régime et il est l'auteur de diverses publications et éditions de textes occitans des XVIe et XVIIe siècles.
http://w3.letmod.univ-tlse2.fr/occitan

En souscription jusqu'au 30 septembre auprès de l'éditeur : droz@droz.org
www.droz.org